Département Guyane (973)

Liste des top villes du département Guyane (973)

Liste des secteurs d'activités disponibles pour les entreprises du département Guyane (973)

Exportez votre liste d'entreprises

En savoir plus

Les données clés des entreprises du département Guyane (973)

Répartition par taille d'entreprises
Nombre de créations au cours des 6 derniers mois
Effectif moyen
3
employés
Parité Homme/Femme

Les passionnés d’histoire n’ignorent pas que la destination fut une ancienne colonie pénitentiaire où des condamnés aux travaux forcés furent déportés entre 1852 et 1946. De nos jours, les célèbres Îles du Salut constituent une attraction touristique d’un territoire qui n’est pourtant pas une destination phare dans la région. La Guyane fait davantage la une de l’actualité pour son activité spatiale et les lancements de fusée organisés dans le cadre du programme Ariane. Si ce territoire singulier à bien des égards se trouve à plus de 7 200 kilomètres de la France métropolitaine, il reste encore largement dépendant des investissements publics et demeure loin d’avoir exploité toutes ses richesses.

La Guyane : territoire ultramarin particulier à plus d’un titre

La Guyane est une collectivité territoriale unique ayant la particularité d’être le seul territoire continental de la France et de l’Union Européenne en Amérique du Sud. Limitrophe du Brésil au sud-est et au sud, et du Suriname à l'ouest, elle est peuplée d’un peu plus de 276 000 habitants en 2018, soit l’équivalent d’une métropole comme Bordeaux ou Strasbourg. Ainsi, si ce territoire d’Outre-Mer constitue la deuxième région de France pour la superficie, elle demeure aussi la deuxième moins peuplée du pays.

Sa très forte croissance démographique est un atout indéniable pour ce bout de France mal connu.

Selon l’Insee, sa population devrait augmenter de près de 70% en seulement 15 ans pour atteindre 425 000 habitants en 2030 et même 574 000 habitants d'ici 2040. Les moins de 20 ans représentant 42,3 % des habitants, c’est de loin la plus jeune région de France.

Un taux de chômage comparable à la Guadeloupe

La Guyane est constituée de trois zones d’emploi que sont les Savanes, l’Ouest-guyanais et l’Est-littoral. Bien qu’étant la plus petite d’entre elles, cette dernière est aussi la plus peuplée. On y trouve principalement Cayenne, préfecture de la Guyane où résident près de 64 000 habitants en 2018. Suivent sur le podium des localités comptant le plus d’habitants Saint-Laurent-du-Maroni et Matoury avec respectivement 46 000 et 33 000 habitants.

Fin 2020, le taux de chômage s’établit à 19,3 % en Guyane, contre 21% en 2011. A titre de comparaison, il n’atteint que 8% en france métropolitaine à la même période. La Guyane a pourtant moins à rougir quand elle se compare à la Guadeloupe, où le chômage s’élève tout de même à 18,6%. De surcroît, les jeunes actifs vivant en Guyane ne sont pas à plaindre au regard de leurs homologues antillais. Effectivement, le taux de chômage des personnes âgées de 15 à 29 ans est de 31 % en Guyane, contre 36 % en Martinique et 51 % en Guadeloupe.

Un secteur public omnipotent

A cela s’ajoute un tissu économique relativement peu diversifié. La Direction générale des Outre-Mer a notamment rapporté que plus de l’administration et l’enseignement représentent plus de moitié de l’emploi salarié (contre seulement 18,5% en métropole). Un actif sur trois était fonctionnaire en Guyane en 2011. 
Quentin Blanc, économiste chez BSI Economics confirme, chiffres à l’appui, que la création de richesses dans ces contrées est largement fonction de la commande publique. Il explique en effet que le secteur non marchand, grossièrement assimilable au secteur public s’élève à 22,8 % en moyenne en France en 2015, 33,2 % en Corse et à 33,7 % en Guyane.

Pour autant, cette région monodépartementale est loin d’être une exception parmi les Dom-Tom qui comptent en moyenne 85 fonctionnaires pour 1 000 habitants, contre 72 pour 1 000 habitants en France métropolitaine.

L’activité spatiale : une vitrine et un moteur économique

Si le poids économique du secteur public est très important dans ce territoire ultramarin, c’est un aspect qui reste largement ignoré par la majorité des métropolitains. Ces derniers sont en revanche nombreux à savoir que la Guyane s’illustre favorablement par son activité spatiale. La bagatelle de 250 fusées ariane ont été lancées entre décembre 1979 et décembre 2019.

Le secteur spatial est loin d’être une simple attraction ou une vitrine touristique pour cette collectivité située à 9 heures d’avion de Paris. Il représente en effet près de 16% du PIB et 12% de la population active avec 9 000 emplois en 2016. A lui seul, le Centre Spatial Guyanais du célèbre site de Kourou mis en service en 1968 est à l’origine de 1 700 emplois.

Selon le dossier publié par l’Insee en novembre 2017, cette activité de pointe est responsable d’une partie significative du chiffre d’affaires de diverses entreprises, elle constitue même la raison d’être de plusieurs sociétés basées en Guyane. Les sous-traitants qui ne sont d’ailleurs pas totalement consacrés à l’activité spatiale présentent des difficultés pour trouver de nouveaux clients selon l’Insee. Comme l’avait relevé le média Capital, 3 grandes entreprises figurent parmi les 10 principaux employeurs guyanais à savoir Seris Space, Telespazio France et Cegelec Space.
Parmi les sociétés d’autres secteurs générant le plus de chiffre d’affaires, on distingue le grossiste alimentaire HSM, Groupe HO et le professionnel du BTP DMC SAS.

Une volonté d’optimiser ses ressources naturelles

Accélérer le développement économique passera sans doute en partie par le soutien aux initiatives entrepreneuriales et l’exploitation des ressources naturelles dont le territoire bénéficie.

Le soutien à l’entreprenariat dès l’université

Pour mener à bien son développement économique, ce morceau de terre qui pesait tout de même 4,175 milliards d’euros de PIB en 2015 ne doit pas uniquement compter sur des porteurs de projets métropolitains ou étrangers. La Guyane a aussi intérêt à tirer bénéfice de sa vitalité démographique et inciter les plus jeunes à entreprendre. Avec le dispositif Pépite lancé par l'université de Guyane, on met le pied à l’étrier de dizaines d’étudiants en les préparant efficacement à porter à terme leur projet. Se trouvent peut-être parmi eux des futurs ambassadeurs de la Guyane Tech, la French Tech Guyane, ainsi que des partenaires de Mobapi, l’une des entreprises de Guyane locomotive de l’industrie 4.0.

Tourisme et développement durable

Recouverte à 97% par la forêt équatoriale, la Guyane est de loin le département le plus boisé du pays. L’industrie du bois y est fort logiquement particulièrement développée mais ses acteurs ne s’en satisfont pas, ils ont notamment pour objectif de valoriser les essences forestières dites précieuses. L’activité extractive bat aussi son plein dans ce coin du globe et les ressources aurifères suscitent à juste titre la convoitise de grands groupes, comme en témoigne le quotidien Les Echos en 2018.

Ses paysages de carte postale ne suffisent pas à concurrencer des destinations touristiques phares, notamment celles des Antilles. En 2015, ce sont seulement un peu plus de 100 000 visiteurs qui se sont pressés en Guyane. A titre de comparaison, la Guadeloupe a accueilli 512 000 touristes de séjour la même année.

Les collectivités sont conscientes des efforts à mettre œuvre pour booster l’attractivité du territoire et réussir à séduire 200 000 touristes d’ici 2024. Elles ont par exemple misé sur une campagne digitale pour mettre en avant les atouts guyanais en 2018. La richesse de cette région s’explique aussi par sa biodiversité qui pourrait mécaniquement souffrir d’une recrudescence du nombre de touristes. Les politiques de développement durable exposées par Deloitte donnent forcément le cap aux décisionnaires qui doivent concilier développement économique et préservation de l’environnement.

Ça pourrait vous intéresser

Des analyses

Ces analyses pourraient retenir votre attention