Les atouts économiques de : Cayenne (973)

Liste des secteurs d'activités disponibles pour les entreprises implantées à Cayenne

Exportez votre liste d'entreprises

En savoir plus

Les données clés des entreprises implantées à Cayenne

Nombre total d'entreprises
12 824
entreprises
Âge moyen
13 an(s)
 
Répartition par taille d'entreprises
Indice de dynamisme
0%
-10
10

Pour nombre d’entre nous, la Guyane est symbolisée de nos jours par les lancements spectaculaires de fusée à Kourou, mais également par sa forêt luxuriante dans laquelle les orpailleurs et les gendarmes semblent éternellement jouer au chat et à la souris.
Quand on songe à sa capitale, Cayenne, ce sont plutôt des tristes images du passé qui nous viennent en tête, qu’il s’agisse des reportages consacrés à la période esclavagiste ou de ceux rappelant l’enfer des bagnes. Or, la ville d’où est originaire l’inoubliable Henri Salvador est bien plus que cela. Pour réussir à corriger comme l’essentiel de ses homologues ultramarins l’écueil d’une économie trop dépendante de l’emploi public, elle pourra entre autres compter sur ses projets en matière de développement durable.

Les bagnes de Cayenne

Forte d’une population d’un peu plus de 63 000 habitants en 2018, Cayenne est la ville qui compte le plus grand nombre d’habitants dans son département, dont elle est aussi le chef-lieu, la Guyane française. Cette dernière, frontalière du Brésil au sud-est et au sud, et du Suriname à l'ouest, constitue une collectivité territoriale unique.

La commune est officiellement fondée en 1643 lorsque Charles Poncet de Brétigny fait l’acquisition des terres auprès du chef des Indiens Galibi.

Après avoir été une terre de déportation de la fin du 18ème siècle jusqu’au milieu du 19ème siècle, Cayenne accueillit durant près d’un siècle de nombreux bagnards, ces personnes condamnées aux travaux forcés.

Au cours de sa très riche histoire, la ville-capitale fut aussi marquée par la traite négrière. Les noms attribués aux rues de Cayenne témoignent de ce passé dramatique qui a marqué les lieux.
Les amateurs de l’histoire ultramarine n’ignorent pas en outre que l’aéroport international de la Guyane, situé au sud-ouest de Cayenne, porte le nom de Felix Eboué, administrateur colonial et résistant rentré au Panthéon.

Un moteur économique pour la Guyane

A l’instar des grandes villes des Antilles ou de certaines métropoles de l’Hexagone, Cayenne abrite également des quartiers paupérisés que d’aucuns qualifient de véritables bidonvilles. Comme le souligne l’Insee dans son analyse datant de fin 2020, la ville souffre particulièrement d’un habitat dégradé.  Pour autant, elle n’a pas à rougir vis à vis des autres communes, son taux de chômage étant de près de 5 points inférieur à celui constaté en moyenne Guyane en 2018 (16,10% contre 21,8%). Si de nombreux efforts doivent être entrepris pour sortir des milliers de guyanais de la précarité et rattraper le niveau de vie moyen de la métropole, l’agglomération cayennaise constitue un moteur économique qui a contribué à diminuer de 7 points le taux de pauvreté dans la région.

Siège de la Communauté d'Agglomération du Centre Littoral (CACL), Cayenne n’est pas non plus particulièrement représentative des autres parties du département en matière de démographie. Elle a bénéficié d’une croissance annuelle de la population de l’ordre de 1% entre 2008 et 2018, bien en-deçà de la moyenne du CACL (+2,3% par an) et celle de la Communauté de communes de l'Ouest Guyanais (+3,7%). Pourtant, elle concentre une partie conséquente de l’offre de formations, en effet la moitié des lycées publics de Guyane, les classes préparatoires et la formation universitaire se trouvant à Cayenne et sa ville frontalière, la banlieue résidentielle Remire-Montjoly.

La prédominance des fonctions administratives

Cayenne appartient à la zone de l’Est-Littoral, l’une des trois zones d’emploi existantes dans le département. On y recense la bagatelle de 11 035 des 29 885 entreprises que compte la Guyane en 2021 selon LeFigaro. Dans cette zone d’emploi, ce sont les fonctions administratives qui représentent près d’un emploi sur cinq.
Les activités d’éducation et de formation ainsi que celle de la construction occupent également une place importante sur le territoire. Dans ce dernier secteur, on retrouve notamment de grands groupes tels que Ribal Travaux Publics, Eiffage Infra Guyane, Soc Immobilière de la Guyane et Société Guyanaise Rapid Béton. La zone d’emploi de l’Est-Littoral qui abrite Cayenne concentre 86 % de la croissance du nombre d’établissements entre 2008 et 2017.

Dans son Flash Guyane paru en février en 2021, l’Insee indique par ailleurs que “beaucoup d’entreprises de cette zone d’emploi ont évolué et sont passées à une catégorie de taille supérieure : 1 660 emplois en microentreprises ont été re-catégorisés en PME alors que 900 emplois en PME ont été re-catégorisés en ETI”.

Des chiffres positifs qui ne doivent toutefois pas masquer une lacune partagée par d’autres DOM-TOM, l’emploi public contribue sans doute trop massivement à l’activité économique (50% de l’emploi du département).

L’économie verte pour façonner le Cayenne de demain

Pour les personnes en charge du développement économique du département et notamment du chef-lieu Cayenne, tout l’enjeu consiste à attirer des investisseurs et plus largement des entrepreneurs de la métropole comme de pays étrangers. Ces acteurs qui concourent à l’économie cayennaise du futur profitent des allègements fiscaux réservés aux territoires ultramarins et sont susceptibles d’être accompagnés par Guyane Développement Innovation.

A l’avenir, les personnes animées par l’esprit d’entreprendre pourront par exemple poser leurs valises dans le futur grand parc d’activités économiques Collery-Terca-Larivot qui s’inscrira d’après ses concepteurs dans une démarche de qualité paysagère et environnementale. Certaines s’épanouiront peut-être dans l’écoquartier de Palika, voué à remplacer une friche urbaine au “potentiel naturel et paysager”.

Il conviendra enfin de suivre la réalisation du projet de corniche guyanaise, dont l’objectif est d’instaurer un tourisme à la fois “ambitieux et raisonné”. Des initiatives écologiques qui ne seront pas de trop sur un continent par la déforestation du bassin amazonien. 


14 064 entreprises y sont implantées à Cayenne, dont 12 824 sièges et 1 240 établissements.

Ces sociétés sont majoritairement de type Entrepreneur individuel et ont un effectif moyen de 3 employés.

Les entreprises de cette ville ont un âge moyen de 12 an(s). C'est dans le secteur "Associations" que l'on observe l'âge moyen des entreprises le plus élevé (18 an(s)). A l'inverse avec 8 an(s) de moyenne d'âge, c'est dans le secteur "Services aux particuliers, collectivités, entreprises" que l'on retrouve les entreprises les plus jeunes.

Entre juillet 2021 et septembre 2021, l'indice de dynamisme de Cayenne est de 1,33%. L'indice de dynamisme est un indicateur de performances des entreprises. S'il est positif, cela signifie qu'il y'a eu plus d'entreprises créées que d'entreprises défaillantes au cours de la période. A l'inverse, s'il est négatif, cela signifie que les défaillances ont été plus nombreuses. Au cours de cette période, on compte 0 entreprises en défaillances à Cayenne pour 171 sociétés créées.

Les secteurs que nous identifions comme étant porteurs car ce sont ceux qui ont eu le plus d'entreprises créées sur les trois derniers mois sont : ""Services aux particuliers, collectivités, entreprises","Gestion, administration des entreprises","Construction, bâtiment, travaux publics","Commerce de détail, grande distribution","Hôtellerie, restauration, tourisme"".

Du côté des dirigeants, 21.0% des entreprises de Cayenne sont gérées par des femmes. C'est dans le secteur "Immobilier" que l'on compte actuellement le plus grand nombre de chefs d'entreprises féminines dans la ville.

* Ces chiffres sont basés sur le nombre d'entreprises dont nous connaissons le dirigeant.

Ça pourrait vous intéresser

Des analyses

Ces analyses pourraient retenir votre attention