Région Hauts-de-France

Liste des départements

Les données clés des entreprises de la région Hauts-de-France

Répartition par taille d'entreprises
Indice de dynamisme
0%
-10
10
Chiffre d'affaires moyen
2 615 K€
 
Parité Homme/Femme

Territoire ayant connu un important phénomène de désindustrialisation, les Hauts-de-France maintiennent néanmoins un secteur secondaire fort dans le tissu d’entreprises local.
La tertiarisation de l’activité, portée par de vrais atouts touristiques tels que les plages du Touquet , son architecture spécifique... mais aussi par l’existence d’une filière transports et logistique puissante permettent à la région de reconstruire son paysage économique.

Contexte régional

Région du Nord de la France qui s’étend sur 31 813 km², les Hauts-de-France comptent 5 départements : la Somme, le Pas-de-Calais, l’Oise, le Nord et l’Aisne.
Il s’agit de la deuxième zone la plus peuplée de France avec 6 millions d’habitants. Limitrophe de l’Ile-de-France et du Grand-Est, ce territoire bordé par la Manche et la Mer du Nord est frontalier avec la Belgique.

Son taux de chômage supérieur à la moyenne nationale, son revenu médian peu élevé et son faible indice de développement humain (basé notamment sur la santé et l’espérance de vie des habitants de la région) place les Hauts-de-France comme l’un des espaces les plus défavorisés du pays.
Les graves crises industrielles qui ont frappé ce berceau de la sidérurgie et des activités textiles ont créé de réelles inégalités socio-territoriales. Ainsi, le déclin de certains pôles industriels historiques (Saint-Omer, Armentières, Maubeuge…) contrastent avec la tertiarisation dynamique d’autres localités.
En effet, la métropole lilloise, mais aussi les villes de Compiègne, d’Amiens, d’Arras ou encore de Lens bénéficient de conditions économiques plus favorables.
Le tertiaire non marchand (avec l’action sociale et l’enseignement) et le commerce (grande distribution, VPC) sont des secteurs pourvoyeurs d’emplois et créateurs de richesse dans la région.

De plus, la position géographique stratégique du Nord de la France, véritable carrefour entre les différentes parties de l’Europe, lui permet de s’imposer comme un acteur incontournable de la logistique et des transports. Avec 3 grands ports de commerce (Calais, Dunkerque et Boulogne-sur-mer), 680 kilomètres de voies navigables, un large réseau autoroutier (A1, A2, A25, A26, A16…), le TGV et le Tunnel sous la Manche, la région dispose de réels atouts dans ses infrastructures.

Crises industrielles et renouveau

Malgré la crise, le secteur industriel reste important dans la région. Si les Hauts-de-France ont vu leurs mines de charbon fermer, le nucléaire (centrale de Gravelines) est désormais devenu le principal producteur d’énergie.
Le phénomène de délocalisations ayant gravement touché le secteur textile, cette activité s’oriente désormais vers des produits plus techniques à la forte valeur ajoutée.
Bien que diminuée, la production d’aluminium et d’acier reste présente dans la région. Il existe aussi une activité chimique de base (eau de Javel, chlorure ferrique, sulfate de potassium, acide chlorhydrique) et une chimie fine à destination de la pharmacie et de la cosmétique. Les Hauts-de-France se placent d’ailleurs au deuxième rang français concernant l’exportation et l’importation de produits chimiques et parachimiques.

L’industrie automobile est aussi un acteur de poids dans l’économie locale. Cette filière fait partie d’une politique de réindustrialisation amorcée dans les années 70 et dotée de fonds européens. Les plus grands constructeurs automobiles (Renault, PSA Peugeot Citroën, Fiat, Toyota), mais aussi leurs équipementiers, disposent d’usines modernes dans la région et génèrent un grand nombre d’emplois.

Une identité régionale forte

Partageant l’espace avec Lille, l’une des plus grandes villes de France, les terres agricoles du Nord sont l’objet d’une activité intense. L’élevage animal porte principalement sur les bovins et la volaille. Les cultures locales produisent des céréales et des légumes (chicons, pommes de terre, petits pois).
La production de betteraves, très importante dans la région, permet aux industries agroalimentaires locales de figurer parmi les plus grands producteurs de sucre.
S’il n’existe pas de tradition viticole forte dans les Hauts-de-France, la culture de houblon lui permet néanmoins de mener une filière brassicole dynamique.
Dans cette région, la pêche est principalement industrielle, même si certains petits ports comme Etaples destinent leur production à la consommation régionale.

Les bières du Nord, le fameux et redoutable fromage de Maroilles ou encore les moules frites font partie de l’identité régionale, mise en lumière par le colossal succès cinématographique « Bienvenue chez les Ch’tis ».

Ces spécialités attirent en effet un grand nombre de touristes. Ce territoire peut également compter sur de vrais atouts touristiques pour son développement, comme le beffroi de Béthune, le Louvre-Lens, les stations balnéaires de Berck-sur-Mer ou du Touquet, les casinos, la Braderie de Lille ou les nombreux carnavals locaux.

Ça pourrait vous intéresser

Des analyses

Ces analyses pourraient retenir votre attention