Département Ille-et-Vilaine (35)

Liste des secteurs d'activités disponibles pour les entreprises du département Ille-et-Vilaine (35)

Les données clés des entreprises du département Ille-et-Vilaine (35)

Répartition par taille d'entreprises
Nombre de créations au cours des 6 derniers mois
Effectif moyen
7
employés
Parité Homme/Femme

Département de l’est breton, l’Ille-et-Vilaine a la ville de Rennes pour chef-lieu. Sa population de 1 003 815 habitants est déployée sur les 6 774 km² de territoire de cette partie de la Haute-Bretagne.

Le Pays de Rennes est un bassin d’activités qui comprend 67 communes et qui regroupe la moitié de la population du département 35. L’aménagement du territoire de l’Ille-et-Vilaine a créé une centralisation économique au sein de la zone urbaine de Rennes, notamment grâce un réseau complet d’infrastructures.

Au cours des deux dernières décennies, l’Ille-et-Vilaine a enregistré une croissance économique remarquable, au point de prendre la première place en matière de créations d’entreprises en Bretagne. Qui plus est, héritant d’un terroir agricole important, ce département est le plus grand producteur de lait et de viande bovine dans l’Hexagone, accueillant par ailleurs de nombreux chercheurs en agroalimentaire qui le positionnent en leader de l’innovation dans ce domaine.


Comme nous le verrons par la suite, les secteurs secondaire et tertiaire se portent également très bien, grâce aux nombreux atouts économiques que propose l’Ille-et-Vilaine. Bien sûr, les années post-crise économique de 2008 ont été délicates, et quelques difficultés ponctuelles émergent parfois, mais les opportunités de développement sont encore plus grandes, et méritent ce focus particulier sur le département n°35.

La résilience de l’agroalimentaire face aux défis de demain

Chaque année, ce sont près de 7 millions d’euros qui irriguent – sans mauvais jeu de mots – le monde agricole, en provenance du Département, et sous la forme d’aides exceptionnelles faisant suite à des appels à projets, ainsi que de subventions destinées aux agriculteurs et à leurs partenaires. Un tel engagement s’explique par le fait que ce secteur primaire génère aujourd’hui près de 35 000 emplois en Ille-et-Vilaine, et qu’il se trouve à la croisée des chemins.

Un département où l’agriculture et l’agroalimentaire occupent encore une place notable

Dans plusieurs départements français dont l’économie dépendait autrefois, pour une large part, du secteur primaire, celui-ci n’occupe désormais plus une place aussi importante. Toutefois, en Ille-et-Vilaine, l’agriculture et l’agroalimentaire restent des activités « puissantes » d’un point de vue économique, en particulier pour le lait et la viande bovine.

Il est donc somme toute assez logique sur de « grands noms » du secteur se soient implantés sur place, parmi lesquels l’on peut citer :

  •  La Brioche Dorée
  • le 1er groupe laitier du monde, Lactalis, dont le siège est à Laval
  • Daunat à Rennes
  • le groupe SVA Jean Rozé, spécialisé dans l’abattage et le commerce en gros de viandes, dont le siège est à Vitré, et qui compte parmi les principaux opérateurs français sur son marché
  • les yaourts SojaSun de l’entreprise Triballat Noyal, implantée à Noyal sur Vilaine
  •  la coopérative produisant les cidres Val de Rance, acteur majeur dans son domaine en France et qui exporte dans plus de 60 pays
  • etc...

N’oublions pas non plus les moules AOC et la conchyliculture, près de 8 huitres sur 10 produites en France provenant de Cancale.

Comment transformer les enjeux du développement durable en opportunités économiques

Afin que le secteur primaire puisse continuer de se développer en Ille-et-Vilaine, une politique volontariste d’aides à l’innovation a été mise en place de longue date, et celle-ci porte aujourd’hui ses fruits, le département étant l’un des plus en pointe en la matière. Reste aujourd’hui à relever un défi majeur, plus grand encore que les conséquences ponctuelles du Brexit, avec l’impérieuse nécessité de concevoir un développement durable.

Bien sûr, cet enjeu s’étend également aux secteurs de l’industrie et des services, mais l’agroalimentaire a une place prépondérante à jouer à ce niveau, pour réduire l’empreinte écologique d’une production agricole à la fois efficace et intensive. Pour ce faire, des programmes d’envergure ont été déployés afin de préserver le bocage – en limitant les arrachages d’arbres – et de limiter l’utilisation des divers pesticides et fongicides, pour améliorer la qualité des eaux (potables et de baignade).

En outre, grâce notamment aux centaines de chercheurs qui évoluent au sein du pôle de compétitivité Valorial, spécialisé sur l’agriculture et l’agroalimentaire, ce secteur prépare activement ses mutations de demain, pour conserver une place significative dans le paysage économique du département – et, plus largement, de la France.

Focus sur trois piliers de l’économie du département : l’industrie, la logistique, et la construction

A la fin du premier semestre 2019, le taux de chômage en Ille-et-Vilaine s’élevait à 6.5%, alors qu’à l’échelle nationale – et même de la région – il avoisine les 7.5%. Par ailleurs, le niveau de vie médian est supérieur à celui de la moyenne nationale, et le département constitue indéniablement un bassin d’emploi attractif. Ces excellents résultats s’expliquent notamment par les belles performances de l’industrie, de la logistique et de la construction.

Un secteur industriel porté par un « fleuron de l’économie » locale

Il serait évidemment réducteur de n’aborder le secteur secondaire en Ille-et-Vilaine que sous l’angle de l’industrie automobile, mais celle-ci est un catalyseur essentiel de l’économie du département – en particulier si l’on élargit la problématique à celle de la mobilité du futur.

Quoi qu’il en soit, le site de PSA-Citroën, à Rennes, emploie près de 9 000 salariés à lui-seul, et s’il a permis à plus de dix millions de voitures neuves d’être construites depuis 1958, ce sont surtout ses résultats récents – avec le succès des 5008 et C5 Aircross – qui incitent à la confiance, et ce d’autant plus qu’ils ont été obtenus dans un contexte de marché automobile national plutôt morose. Cela laisse imaginer de sympathiques perspectives de développement en cas de retournement favorable de tendance.

De plus, comme évoqué précédemment, le Département souhaite devenir moteur pour construire la mobilité de demain, grâce à un pôle de compétences spécialisé.
Soulignons aussi que le bassin rennais bénéficie d’une solide réputation pour son savoir-faire dans la haute technologie appliquée à la mécanique – incluant l’automobile, mais s’étendant bien au-delà.

Un département avec une réelle « vocation » logistique

Si l’on observe la quantité de créations d’entreprises liées au domaine de la logistique dans le département, il est certain que l’Ille-et-Vilaine attire particulièrement ce type de sociétés, profitant de son emplacement géostratégique, avec un « nœud de flux », aussi bien routiers que ferroviaire, maritimes et aériens.

En Bretagne, plus de 4 surfaces d’entrepôts mises en chantier sur 10 se situent dans le seul département de l’Ille-et-Vilaine. En cela, il s’affirme comme un acteur incontournable pour traiter des problématiques logistiques dans le grand Ouest.
Avec le « boom » de certaines plateformes en ligne, du fait d’une « ubérisation » grandissante de certains secteurs de l’économie, les besoins en logistique ne sont d’ailleurs pas prêtes de se tarir.

Un marché immobilier et foncier porteur pour la construction

Sur l’année 2018, plus de 10 000 nouveaux logements ont vu leur construction débuter en Ille-et-Vilaine, ce qui représente une performance remarquable en France, et témoigne bien des besoins croissants dans le département pour l’immobilier neuf. La tendance se révèle d’ailleurs similaire pour le marché des bâtiments dits « non résidentiels ». Il en résulte que le secteur de la construction est actuellement en recherche de recrutements, et se positionne donc en vivier d’emplois.

A l’heure actuelle, le département reste fortement centralisé sur l’agglomération de Rennes, mais les autorités locales sont parvenues à assurer un développement démographique jusque dans des zones excentrées, si bien que le marché immobilier et foncier reste orienté à la hausse, et porteur sur l’ensemble du département. Après tout, 11 000 nouveaux habitants ont été recensés en 2018, preuve supplémentaire de l’attractivité du département.

Le secteur tertiaire pour porter le département à la pointe de l’innovation et dynamiser ses emplois

L’Ille-et-Vilaine est réputée pour un esprit pionnier, qui participe favorablement à l’innovation, tellement nécessaire pour la mise en place d’un écosystème numérique moderne. De plus, le commerce, les services aux entreprises et le tourisme se montrent eux-aussi très dynamiques, avec de nombreux emplois à la clé.

Une réputation mondiale dans la haute technologie

Le secteur des Technologies de l’Information et de la Communication, entendu au sens large – c’est-à-dire incluant l’électronique – est très largement développé en Ille-et-Vilaine, au point que ce département possède une réputation enviable dans le domaine à l’échelle mondiale, en particulier pour les télécommunications. Près de 350 entreprises, employant 20 000 salariés, ont élu domicile sur place, et ce n’est évidemment pas un hasard.

Le pôle de compétitivité « Images et Réseaux » est lui-aussi reconnu au-delà des frontières nationales, englobant les domaines d’activité de l’informatique et de la télématique. La découpe laser et les biotechnologies figurent également parmi les points forts du département, de même que la fabrication de verres pour des besoins ophtalmiques et la cybersécurité. Le célèbre technopôle de Rennes-Atalante, pluridisciplinaire et abritant 14 000 salariés et 130 laboratoires, a bien entendu fortement contribué à cet essor, grâce notamment à ses incubateurs et structures d’accompagnement.

Commerce, tourisme et services aux entreprises en créateurs d’emplois

En l’espace d’un an, le commerce de détail a permis de créer 1 000 emplois, et avec 26 000 m² de plancher commercial supplémentaire, ce secteur ne semble pas affecter par une conjoncture défavorable à l’échelle nationale – du fait de la croissance de l’e-commerce, notamment. En parallèle, rappelons que les services aux entreprises représentent quelques 6 250 entreprise dans le département, pour près de 58 000 salariés – un nombre qui a gonflé de 13 700 en l’espace de 5 ans seulement ! Les services opérationnels et l’ingénierie, notamment, se développent excellemment bien, tout comme le conseil d’ailleurs.

Enfin, si les saisons touristiques ne se ressemblent pas, l’Ille-et-Vilaine continue d’attirer sans cesse plus de touristes, notamment étrangers, ce qui se traduit, année après année, par des nuitées en augmentation. L’amélioration de l’accessibilité – tant aérienne que ferroviaire – n’y est évidemment pas étrangère.

Ça pourrait vous intéresser

Des analyses

Ces analyses pourraient retenir votre attention